C’est le morceau de sucre…

parentaladvisory

Avertissement : en tant que maman, j’essaye de faire attention à mon langage devant mes enfants. Mes enfants n’étaient pas présents quand j’ai écrit ce post.

Je venais juste de m’installer en France quand j’ai surpris une conversation dans un café en ville. Un groupe de dames âgées fêtaient un anniversaire ou quelque chose comme ça et j’ai entendu l’une d’entre elle dire ceci : « C’est bien d’avoir l’âge de tutoyer tout le monde. Elle utilisait ce verbe tutoyer qui n’a pas d’équivalent en anglais. Il s’agit de l’emploi informel de la deuxième personne du singulier quand on parle à une autre personne. En français, on utilise généralement le vous formel quand on s’adresse à des personnes occupant une position de pouvoir, plus âgées ou bien quand on s’adresse au serveur dans un café. Mais cette femme utilisait le tu avec la serveuse et s’en réjouissait. Peut lui importait de manquer de respect à la serveuse. C’était elle qui était en position de supériorité et d’âge avancé. (Certaines personnes sont vraiment offensées quand on se trompe de pronom. J’en ai malheureusement fait l’expérience moi-même et croyez-moi, ce n’était pas joli à voir).

Je me suis souvenue de cette femme dans ce café en lisant ce lien posté sur facebook l’autre jour : http://www.hellou.co.uk/2015/08/11-cool-senior-citizens-who-have-officially-stopped-giving-a-fck-55853/. Pour que vous ne soyez pas obligés de cliquer tout de suite pour savoir de quoi je parle, il s’agit de 11 photos de femmes qui ressemblent à celle-ci :

Pour ceux d’entre nous qui ne sont pas assez vieux pour pouvoir tutoyer des étrangers dans la rue, que pouvons-nous faire ? Comment pouvons-nous dominer notre peur d’être jugés par les autres (car c’est de cela dont il s’agit) ?

J’ai suivi The Fuck It Life de John et Gaia pendant quelques temps. Ils sont terre à terre, accessibles et honnêtes. Il y a quelques années, j’ai assisté à l’un de leurs week-ends séminaires à Londres. Leur approche est simple. La vie envoie des merdes à avaler à tout le monde. Dire « Fuck it » ou bien « Merde » ou « Rien à foutre », c’est comme le morceau de sucre qui aide la merde à couler. La frustration créée par la situation qui nous semblait incontrôlable se dissipe alors et simultanément, cela désamorce la bombe de colère qui n’aurait pas manqué d’exploser suite à ce désagrément.

Bien que je n’étant pas experte dans le domaine des « Fuck It », j’ai récemment essayé de vraiment mettre en pratique les enseignements de John et Gaia et d’aller au-delà de leur simple connaissance. Nous avons tous nos démons. Certains en ont plus que d’autres. Un de mes démons est la peur d’être jugée. Cela influence beaucoup de mes prises de décisions (consciemment ou non) et par conséquent, cela a façonné ce que je suis et où j’en suis dans la vie. Et parce que je redoute d’être jugée, je dégage cette impression. Aussi hippie et new-âge que cela puisse paraître, je pense honnêtement que les gens sont capables de sentir notre insécurité et que si la malchance nous fait rencontrer la mauvaise personne, cette dernière s’en délectera comme les fourmis se délectent du miel (J’ai récemment blogué sur la génialitude du miel).

Les personnes âgées de ces photos ainsi que la dame du café m’ont rappelé que même si je ne suis pas assez âgée pour dire tu à des étrangers, je suis capable de dire « fuck it » à mes craintes d’être jugée. Si je ne crains plus le jugement, alors la peur ne peut pas me contrôler. Je serai fucking libre.

Parmi les concepts que j’ai adopté quotidiennement, en voici trois. Peut-être qu’ils vous aideront vous aussi.

1) Vous n’êtes pas seuls. Tout le monde a ses propres emmerdes et la merde put, quel que soit son propriétaire. Que la vie des autres ait l’air radieuse et que leurs carrés de chocolat soient visibles sur Facebook ou Instagram ne signifie pas qu’ils ne connaissent pas des moments où ils préfèreraient se mettre en boule sous les couvertures et se cacher. Quels que soient vos sentiments actuels, quelqu’un d’autre les partage en même temps quelque part dans le monde.

2) Soyez votre propre avocat. Que ce soit chez le médecin ou au cours de yoga, ne trahissez pas vos besoins et vos désirs. Je ne suggère pas que vous en sachiez plus que le médecin sur les traitements à choisir pour vos problèmes de santé ou que vous soyez capable de faire une plus belle posture du corbeau que votre prof de yoga. Je veux dire que si vous n’êtes pas sûrs du Pourquoi telle chose marche et du Comment faire telle chose, vous vous devez à vous-même de poser des questions. Cela m’arrive TOUT LE TEMPS sur la planète des expats. Je suis assez sûre de comprendre ce qu’on me dit en français mais j’ai souvent trop peur d’avoir l’air stupide à demander à mon interlocuteur de clarifier pour que je sois sûre. Comme l’an passé, lorsque l’enseignante de mon fils nous avait demandé de porter des pots de yaourt pour un projet et que je lui avais apporté 12 yaourts pleins car je ne savais pas de quel projet il s’agissait. Et s’ils avaient fait un gâteau au yaourt  ( recette simple et délicieuse d’un gâteau facile à emporter et dont les français raffolent)! Il a fallu que je rapporte les pots à la maison, que je mange tous les yaourts avant l’heure de la sortie car elle avait besoin de pots vides. Si cela arrivait aujourd’hui, je demanderais des explications. Et au lieu de me sentir comme avec un de l’œuf sur la figure, j’aurais utilisé ces yaourts et ces œufs pour faire un gâteau !

3) Espérez le meilleur, attendez-vous au pire. En d’autres mots, anticipez ! Les conseillers appellent cela « le pilotage par anticipation ». Anticiper que vous allez vous sentir comme une merde à un moment donné, dans les jours à venir, les semaines, les mois, etc. Et préparez-vous. Qu’y a-t-il dans votre boîte à outils qui pourra vous servir quand la merde aura atteint le ventilateur. Le fait de simplement dire « Fuck it » vous aidera peut-être. Peut-être connaissez-vous quelqu’un qui semble toujours rester cool face à la pression et que vous pourriez vous dire, « Que ferait John ? » Ou peut-être que vous pourriez carrément appeler John — ou un autre ami ou un membre de la famille en qui vous avez confiance — pour lui demander des conseils et du soutien. Quand vous vous sentez bien, passez du temps à élaborer des plans pour vous-même. Créer ces outils d’automédication avant qu’ils ne soient nécessaires vous permettra de jouer avec et de les adopter avant le traumatisme. Si vous avez trop peur de demander des éclaircissements, voici un conseil pour démarrer : prenez un papier et un crayon ou bien ouvrez un traitement de texte et AU TRAVAIL. Listez toutes vos idées. Il n’y a pas de réponses fausses et par ailleurs, personne ne vous juge. Ajoutez « manger un demi-litre de crème glacée » ou bien « me bourrer la gueule » si vous voulez.

Vous n’êtes pas obligés d’utiliser cet outil. Le seul fait de savoir que vous avez une boîte à outil bien garnie vous donnera peut-être le courage d’aller en avant et d’abandonner vos peurs dans un coin.

Et si vous désirez partager votre liste, si vous avez imaginé d’autres outils d’automédication, si vous avez besoin de soutien, laissez-moi s’il-vous-plaît un commentaire juste en dessous ou envoyez-moi un mail.

Publicités

A propos forevertoujoursaloe

I am a wife, mom, daughter, sister, friend, english teacher, entrepreneur, volunteer active listener, and former genetic counselor living the expat life in Bordeaux, France. I'm trying to live a healthy, happy life through diet, exercise, self awareness, and self care. Wine helps and so does aloe (sometimes in the same glass!)
Cet article a été publié dans Blog. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s